#31966
Amy (Bruxelles)
Maître des clés

Pas de souci Bruno (ni Pierre d’ailleurs), l’amitié n’est pas en danger et nécessite aussi, parfois, de confier ce que l’on pense. Des amis qui m’ont gentiment remis la pendule à l’heure dans des passés plus lointains. Et certains étaient loin d’avoir tort 😉

Evelyne, reste fière de toi et continue comme tu le fais. Mieux qu’il y a 3 ans, cette fois tu vas y arriver.

Frédérique, tu ne veux rien dire à ton entourage ni à ton mari, pourquoi ?
Est-ce parce que tu redoutes un échec, l’ironie et la critique des autres qui s’ensuivraient ?
Est-ce parce que tu préfères jouer la carte de la surprise ?
Tu as certainement de bonnes raisons d’agir comme tu le fais. Je te félicite de te lancer dans cette grande aventure pleine de bonnes choses. Mais j’espère aussi que tu nous la confieras à nous, cette date butoir. Ca permettra de mieux de suivre mais « craché-juré », nous ne le dirons ni à ton mari, ni à ton entourage 😉 !
Et continue ainsi, doucement mais sûrement, en modifiant ta phrase mentalement comme te le suggère très bien Bruno. Le « j’espère » est de trop. L’espoir est la fortune du pauvre et l’avenir du perdant.

Bravo Laurence, petite cachottière va !! 🙂 Oui, tu peux être fière, ce n’est pas encore fini mais c’est déjà merveilleux. Et mieux vaut être « soufflée » par ton résultat « qu’essoufflée » à venir nous en parler (ok, je sors !!)

Bonne journée à tous, on continue notre longue marche vers la liberté, au moins la nôtre à nous individuellement.
Biz